Parmi toutes les méthodes de gestion de projet agiles existantes, il en est une qui est sans aucun doute moins connue que les autres : Atern. Cette méthode, issue du modèle DSDM (pour Dynamic System Development Method, ou Méthode Dynamique de Développement de Systèmes), est de plus en plus souvent adoptée pour la réalisation de projets en mode agile.

 

Introduction au modèle DSDM

DSDM est une méthode de gestion de projet agile développée en Grande-Bretagne au milieu des années 90. Le modèle DSDM s’appuie sur neuf piliers qui sont :

  • L’implication des utilisateurs durant l’intégralité du cycle de développement,
  • L’autonomie de l’équipe projet, qui est en mesure de prendre des décisions,
  • La visibilité du résultat, avec des livraisons fréquentes,
  • L’adéquation en le besoin métier exprimé par le client et l’application développée,
  • Un cycle de développement itératif et incrémental,
  • La réversibilité permanente de toutes les modifications apportées aux développements,
  • La possibilité d’effectuer une synthèse, à tout moment, du projet et de son périmètre,
  • Les tests, qui doivent être continus tout au long du développement,
  • La coopération, entre les différents acteurs qui devront être capables de trouver des compromis lorsque cela sera nécessaire.

Le cycle de la méthodologie DSDM débute par une étude de faisabilité, avec éventuellement la réalisation d’un prototype, qui sera suivie (s’il est décidé de poursuivre le projet) d’une analyse fonctionnelle de la demande. On rentre ensuite dans un modèle assez classique de méthode agile avec des phases de conception et de réalisation itératives, jusqu’à la livraison finale du produit.

 

Comment définir Atern ?

Atern est en fait un framework, ou cadre de travail, pour la gestion d’un projet de développement informatique en mode agile. Il est basé sur les bonnes pratiques définies dans le modèle DSDM et fourni un processus de gestion de projet souple permettant de livrer des solutions complètes, en s’appuyant sur la mise en commun des connaissances de l’ensemble de l’équipe et un cycle de développement itératif. Atern est particulièrement adapté pour des projets dont le délai de livraison est court, allant de quelques semaines à quelques mois maximum.

Atern met en place des itérations courtes, voire très courtes de développement. Chaque itération possède des objectifs clairement définis, et le contrôle du suivi de la réalisation est assuré par l’ensemble des membres de l’équipe projet.

Alors que dans une méthode classique, l’orientation du projet et les priorités sont définies par le trio fonctionnalités – temps de réalisation – coût financier, Atern met la qualité au centre du projet, les trois autres critères de décision devenant périphériques. Les fonctionnalités prioritaires sont développées en premier, afin de s’assurer que quoi qu’il arrive, l’équipe sera en mesure de livrer un produit viable et stable en temps voulu, auquel les fonctionnalités mineures ou secondaires seront ajoutées par la suite.

Il est tout à fait possible d’utiliser Atern comme un complément d’une autre méthode agile comme XP (eXtreme Programming) ou Scrum.

 

Dans quels cas choisir Atern ?

La plupart du temps, l’échec d’un projet est dû à des problèmes liés aux collaborateurs (mésentente, incompréhension, mauvaise communication…) plutôt qu’à des problèmes techniques. Atern va permettre aux différents intervenants de travailler ensemble de façon efficace à la réalisation d’un objectif commun. Il est donc totalement indépendant des outils, de la technologie et du métier.

Le principe fondateur d’Atern est que rien ne peut être parfait dès la première fois. Environ 20% du temps du projet est consacré à la réalisation de 80% de la solution. Avec une méthode classique, de type « Waterfall », une étape de développement ne peut être démarrée que lorsque la précédente est totalement achevée. On perd donc énormément de temps pour réaliser les 80% de la solution. Comme il est souvent nécessaire de revenir sur des parties du code déjà développées lors des phases précédentes, les impacts en cascade peuvent être importants sur le déroulement du projet. Ce cas de figure conduit systématiquement à des retards et à un surcoût financier.

Avec le framework Atern, l’approche itérative des développements fait que n’importe quelle phase peut être revisitée à tout moment, et terminée si nécessaire lors d’une itération ultérieure. Le besoin peut évoluer durant le projet, ainsi que sa compréhension, mais ces variations sont prises en compte dès le début du processus.

Plutôt que d’essayer de déterminer de façon exhaustive les besoins clients comme dans une méthode classique, Atern s’applique à ne prendre en compte que les besoins métiers immédiats. On progresse ainsi par la réalisation de petits éléments qui seront testés et validés au fur et à mesure, et qui au final se combineront pour donner une solution complète.

Il est important de noter également qu’Atern peut ne pas s’appliquer dès le début d’un projet. Il est tout à fait possible d’adopter cette méthodologie après le démarrage d’un projet, afin d’en améliorer les processus, si l’on s’aperçoit que les délais risquent de ne pas être tenus (même s’il est évidemment préférable d’agir avant).

 

Quels bénéfices amène Atern ?

En impliquant dès le début les utilisateurs dans le cycle itératif de développement, Atern amène de nombreux bénéfices au projet.

Pour commencer, les utilisateurs s’approprient plus facilement la solution. Ils la voient se construire au fur et à mesure et prennent possession de ses fonctionnalités au cours du développement. Ils s’impliquent dans la construction de l’outil qu’ils seront ensuite amenés à utiliser. Par conséquent, le risque de développer une solution qui ne corresponde pas aux besoins du client est considérablement réduit. Le produit final livré est le plus proche possible des besoins réels des utilisateurs puisqu’ils sont présents durant tout le processus et peuvent s’exprimer, et dénoncer rapidement tout ce qui leur semble inapproprié.

La formation des utilisateurs finaux au produit livré sera également facilitée, puisqu’elle pourra être assurée par d’autres utilisateurs, qui se sont impliqués dans la réalisation de bout en bout, et qui par conséquent maîtrisent parfaitement le sujet.

Enfin, la coopération de tous les intervenants rendra plus simple le déploiement de l’application, chacun ayant le même niveau d’information et les mêmes connaissances poussées de la solution.

 

=> Nutcache est le logiciel de gestion de projet agile idéal pour mener à bien votre projet Atern. Testez-le dès maintenant.