Les bonnes pratiques en gestion de projet

La gestion de projet ne peut pas se résumer uniquement à l’application de méthodes et à l’utilisation d’outils, aussi performants soient-ils. Si c’était le cas, la plupart des projets seraient rentables, et ceux qui ne le seraient pas ne le devraient qu’à une mauvaise application de la méthode. Alors, d’où vient le problème ? Des humains bien sûr !

Gérer un projet, ce n’est pas manipuler des chiffres, gérer des plannings. Derrière tout cela, il y a des êtres humains, avec leurs motivations, leurs sensations, leurs émotions. Ce sont eux qui font la richesse d’un projet et non une méthode de gestion. L’oublier, c’est aller à coup sûr vers l’échec. Nous allons ici vous présenter quelques bonnes pratiques en gestion de projet.

 

Des projets de plus en plus complexes

Désormais, aucun projet n’est simple. Plusieurs domaines se chevauchent, nécessitant des compétences multidisciplinaires. Les délais qui raccourcissent, les budgets qui diminuent, tous ces facteurs peuvent être à l’origine d’innovations, les équipes devant s’adapter rapidement à tout changement. Mais l’innovation dans ces conditions est souvent synonyme de technologies jeunes, trop parfois. Combien de projets se sont basés sur une technologie qui a été laissée de côté avant même que ne soit livrée la première version au client ?

 

Bonne pratique n°1: L’humain au centre du projet

L’une des bonnes pratiques en gestion de projet est sans aucun doute de remettre l’humain à la place qu’il doit avoir, c’est-à-dire au centre du projet. Beaucoup de méthodes de gestion de projet oublient cet aspect pour se concentrer uniquement sur les procédures, la gestion du temps et des coûts.

Il est important de voir les intervenants sur le projet autrement que par leurs compétences seules. Ce ne sont pas uniquement des outils. Ils agissent, réagissent et décident en fonction de leurs émotions, de leurs ambitions et de leurs sensations. Rien à voir donc avec une méthode rationnelle.

Il est donc impératif de laisser les outils pour ce qu’ils sont, des aides, des assistants, et se focaliser sur les hommes et les femmes qui composent les équipes. Des échanges et négociations entre eux naîtra la véritable solution au problème posé. Le chef de projet aura donc cette délicate mission de faciliter la communication entre chacun des membres de son équipe afin de créer une synergie et de bonnes conditions de travail.

 

Bonne pratique n°2: Abandonner l’idée de tout planifier

Quel que soit le temps que vous passerez à planifier les différentes étapes d’un projet, vous ne pourrez pas tout prévoir. Il y aura toujours des imprévus qui bouleverserons le planning établit, qu’il faudra alors refaire encore et encore…

Une des bonnes pratiques en gestion de projet que l’on peut conseiller est le découpage en lots. De cette façon, il est plus facile de maîtriser les rôles de chacun sur une durée limitée et d’optimiser les compétences.

Conserver de la souplesse afin de s’adapter aux changements qui ne manqueront pas de survenir comme par exemple un client qui change d’avis ou s’est mal exprimé, ou la technologie choisie qui ne convient finalement pas… Cette flexibilité est indispensable, et tout planifier ne la permet pas.

 

Bonne pratique n°3: Abandonner la notion de hiérarchie

Dans une équipe, chaque membre doit être placé sur un pied d’égalité. L’appellation de « chef » de projet ne correspond plus désormais à la réalité. Il s’agit plus d’un gestionnaire ou manager. Il n’y a pas de notion de hiérarchie ou d’autorité, n’en déplaise à certains, entre le chef de projet et les autres membres de l’équipe. Chacun peut apporter ses idées, ses envies, et doit être écouté. C’est ce qui fera la richesse du projet.

 

Bonne pratique n°4: Communication et coopération, les clés du travail en équipe

Travailler en équipe n’est pas toujours facile, surtout lorsqu’elle est constituée de personnes ne se connaissant pas avant le début du projet. Un gestionnaire sensible aux bonnes pratiques de gestion de projet s’assurera que tous les membres de l’équipe disposent du même niveau d’information. Chacun doit savoir ce que font les autres, les outils qu’ils maîtrisent, l’aide qu’ils peuvent apporter, les besoins et les problèmes qu’ils peuvent rencontrer. Les intervenants seront ainsi encouragés à coopérer, à échanger entre, ce qui va accroître l’efficacité de l’équipe, et les chances de réussir du projet.

 

Bonne pratique n°5: Mettre en place un processus d’amélioration continue

Une fois la communication et la coopération établie, il est important de ne pas se reposer sur ses lauriers et de régulièrement se remettre en cause. A intervalle régulier, des réunions doivent permettre de faire le bilan de la période écoulée, et de faire la liste des choses qui vont bien, afin de les mettre en place de façon pérenne, et des choses qui vont moins bien, afin de les améliorer. Inscrire son équipe dans une démarche d’amélioration continue ne peut qu’être bénéfique au projet, ainsi qu’à ceux qui suivront et qui profiteront de cette expérience.

 

Bonne pratique Bonus

Enfin, un logiciel de gestion de projet intuitif et efficace est l’une des bonnes pratiques en gestion de projet. Nutcache est le logiciel en ligne idéal pour gérer ses projets. Essayez-le maintenant!

2016-08-07T08:00:22+00:00

About the Author: