La méthode Pareto est un principe qui indique que 80% des richesses sont produites par seulement 20% de la population. Défini par l’économiste et sociologue italien du début du XXième siècle Vilfredo Pareto, ce principe s’applique à beaucoup de domaines, et notamment à la gestion de projet.

 

Qu’est-ce que la méthode Pareto ?

Dans la plupart des projets, on s’aperçoit que 80% du temps passé sera consacré à seulement 20% des tâches importantes pour sa réussite. On se concentre donc généralement sur des détails, des tâches secondaires, plutôt que sur des tâches primordiales, situées sur un chemin critique menant à la réussite du projet.

Cette « loi » de Pareto s’applique naturellement à bien des domaines différents :

  • 20% des clients représentent 80% du chiffre d’affaire,
  • 20% des fournisseurs représentent 80% du volume d’achat,
  • 20% des clients sont à l’origine de 80% des réclamations,
  • 20% de l’activité fournit 80% des résultats,
  • 20% de la population paie 80% des impôts…

La méthode Pareto va donc consister à identifier les tâches et actions les plus importantes à réaliser, et à concentrer tous ses efforts sur elles de façon à inverser une tendance naturelle source de gaspillage de ressources et de temps. Elle va nous aider à aller à l’essentiel, à ne pas se perdre dans les détails.

Il y a les problèmes dit « vitaux », et les problèmes secondaires. En traitant ceux de la première catégorie en priorité, on s’assure de la réussite du projet. Cette méthode Pareto permet donc de décider de la stratégie que suivra le projet tout au long de son déroulement.

 

20% des défauts causent 80% des problèmes : comment y remédier ?

Identifier les principaux défauts d’une application et les problèmes engendrés, et placer ces éléments sur un diagramme (de Pareto), va permettre de cibler ceux sur lesquels il va falloir se concentrer.

Si dans une application, une fonctionnalité utilisée par une majorité d’utilisateur présente un dysfonctionnement, elle pourra donc facilement représenter 50% des problèmes détectés. La correction de ce dysfonctionnement doit donc devenir une priorité.

20% des défauts étant à l’origine des plus gros problèmes, il devient évident de faire de leur résolution une priorité absolue. Si des mesures de correction sont appliquées, alors 80% des problèmes rencontrés devraient être résolus. C’est une méthode particulièrement efficace pour arbitrer la priorité entre les différentes tâches concurrentes.

Différentes phases vont se succéder. Pour commencer, il faut définir le sujet à analyser, la portée des fonctionnalités étudiées pour le projet… Il va falloir ensuite collecter et rassembler des données et les classer en catégories. On obtient ainsi une répartition des tâches. Le calcul des pourcentages que représentent les différentes catégories en termes de temps et d’investissement par rapport au gain obtenu va permettre de déterminer les priorités.

 

Améliorer sa gestion du temps en appliquant le ratio 80/20

Puisque 20% des tâches déterminent 80% de la réussite d’un projet ou que 20% du temps de production amène à 80% des résultats, il va donc falloir se préoccuper avant tout de ces 20%.

Une analyse des tâches à effectuer doit déterminer lesquelles vont prendre le plus de temps tout en n’amenant pas de résultats probants. Elles devront être cataloguées comme non prioritaires.

En revanche, les tâches à haute valeur ajoutée (celles faisant partie des 20%) devront être classées comme étant prioritaires. Les tâches planifiées devront donc être choisies avec soin de façon à être sûr d’augmenter au maximum les performances des équipes chargées de leur réalisation.

Les choix effectués aujourd’hui auront un fort retentissement sur les résultats de demain.

 

Conclusion

Il faut impérativement se concentrer sur l’essentiel, et ce, dès le démarrage du projet. L’objectif est d’atteindre le plus rapidement possible le cap des 80% de résultats en traitant les tâches à effectuer faisant partie des 20% prioritaires. Une fois cet objectif atteint, le traitement des tâches restantes sera très chronophage pour des résultats bien moins visibles ou satisfaisants, mais l’essentiel du projet aura abouti.

Si 80% du projet est déjà opérationnel, alors il devrait rester suffisamment de temps pour mener à bien le reste des actions. Cela diminuera naturellement le stress et la fatigue des équipes du projet, et augmentera fortement la satisfaction, et donc la confiance, du client et/ou des utilisateurs.

=> Les tableaux collaboratifs Nutcache sont parfaits pour une analyse Pareto.