Bien souvent, l‘effet tunnel projet est considéré comme la cause principale de l’échec d’un projet. À proprement parler, il s’agit de ce moment précis, dans le management d’un projet, où vous ne savez pas où en est l’avancement du travail de vos équipes. À ce stade-là, vous n’avez plus qu’à attendre que la mission se termine pour obtenir les informations importantes.

Vous l’aurez compris, ce n’est pas une très bonne position. En effet, la plupart du temps, lorsque vous serez en situation de comprendre où en est le projet, il sera trop tard et les délais seront dépassés. Alors, avant de mettre, aveuglement, les pieds dans un souterrain tout noir, lisez ceci. Et sachez comment éviter l’effet tunnel en gestion de projet.

 

Anticipez, jalonnez et planifiez

Avoir établi un planning est une bonne chose. Mais c’est encore mieux de le parsemer de jalons. En effet, ceux-ci seront la base d’une construction claire des échéances, pour vous, comme pour votre équipe.

Il y a les jalons que l’on appelle « naturels », que vous pouvez, vous-même, indiquer aux différents acteurs du projet. Ce sont des événements connus de tous, comme la facturation, les réunions avec le client ou les délais de livraison.

Il est important que vous sachiez communiquer dessus, cependant, vous devez également tenir compte des jalons indiqués par les autres acteurs de la mission. Pour cela, il faudra échanger ouvertement avec tout le monde, et savoir placer ces jalons bien avant de détailler le planning.

Tous les jalons posés par le client ou le financeur du projet, peuvent être définis dès la création d’une feuille de route ou d’un cahier des charges. Si besoin, vous les modifierez, par la suite.

 

Découpez le projet en phases

Afin d’éviter l’effet tunnel projet, le découpage en échelons sera vraiment nécessaire. Ainsi, vous évitez que l’équipe ne croule sous le poids d’un trop gros travail global. Les méthodologies Agiles préconisent de former de plus petits projets ou bien de les diviser. La mission est alors fluidifiée pour tout le monde, et les retours plus fréquents.

En outre, c’est une technique très efficace pour que chacun puisse continuer à porter de l’intérêt et à s’impliquer, au cours du projet. Effectivement, nous avons plus tendance à nous engager dans ce que nous percevons concrètement. Selon les projets, c’est une attitude plus ou moins facile à tenir. Les très longues missions, avec de vastes champs d’application, devraient donner lieu à plusieurs livraisons, par phases régulières.

Même si cette manière de faire peut sembler incohérente avec le travail en lui-même, vous serez gagnant en visibilité à long terme.

 

N’oubliez pas de manager et de prioriser

Les grandes lignes du projet sont établies, les jalons posés et les détails fixés. Vous savez à priori quand vous pourrez livrer, grâce à votre planning. Malgré cela, il y aura toujours des impondérables. En effet, des paramètres peuvent changer, les demandes du client aussi.

Ne cédez pas à la tentation de toujours faire passer ces changements en priorité, par rapport aux contraintes exprimées en amont. Effectivement, cela pourrait faire perdre de vue à vos équipes les objectifs principaux de la mission. Vous pouvez procéder à des ajustements, mais essayez de protéger l’avancement des tâches. N’hésitez pas à proposer votre client de revoir les plannings ensemble. De cette manière, il évaluera plus objectivement les capacités de votre équipe.

Pour gérer un projet efficacement, il s’agit de ne pas perdre de vue le long terme. Et donc, de savoir que certains changements ont un impact sur la suite des opérations. Afin de vous laisser une marge de manœuvre, pensez à garder une latitude, dès l’établissement d’une matrice de gestion des risques.

 

Conclusion sur l’effet tunnel projet

Pour conclure, comprenez bien qu’entrer dans un effet tunnel en gestion de projet, c’est prendre le risque de vous y retrouver seul. C’est pour cette raison que le meilleur moyen de l’éviter est une communication fluide, dès le départ. Vous devez construire le projet avec le client et avec vos équipes. Et cela, en tenant compte des impératifs de chacun.

  • Travaillez votre planification, et sachez y insérer les jalons importants pour chaque partie prenante du projet.
  • Ensuite, pensez à phaser ce dernier, tant sur les aspects techniques que sur les aspects humains. C’est un processus à négocier avec votre client, qui doit, dès le commencement, avoir une vision d’ensemble, de ce que sera l’évolution de la mission.
  • Enfin, sachez manager et prioriser les changements, tout en ne perdant pas de vue les objectifs fixés.

 

=> Utilisez dès aujourd’hui Nutcache pour planifier, organiser et gérer vos projets en ligne.

inscription Nutcache