Vous avez sûrement déjà entendu parler de CMMi (Capability Maturity Model Integration), et pour les francophones: Modèle Intégré du Niveau de Maturité. Mais vous ne savez pas exactement ce que c’est ? Et pourtant, cette technique pourrait bien vous aider dans votre management de projet.

Pour cause, c’est une méthodologie complète et entièrement adaptable à n’importe quelle mission. Voici un petit tour d’horizon pour savoir ce qu’est le CMMi et comment s’en servir.

 

CMMi : un peu d’histoire

Dans les années 70, le Département de la Défense des États-Unis se rend compte que seulement 5 % de ses projets sont livrés en temps et en heure et correspondent réellement aux objectifs de départ. À ce moment-là, le gouvernement décide de créer un référentiel de critères qui permettra d’évaluer ses fournisseurs de logiciels.

Dans les années 90, le SEI (Software Engineering Institute), élabore alors le CMM, qui ne concerne que l’ingénierie informatique. Enfin, dans les années 2000, une nouvelle version est mise en place, qui concerne la modélisation de critères hors logiciels : CMMi. C’est ainsi qu’est né ce modèle de méthodologie à destination des grandes entreprises et des organisations publiques.

 

Le but du CMMi

L’objectif du CMMi est de contrôler le déroulement d’un projet afin qu’il soit livré dans les délais, selon le budget fixé et les attentes du client. Il agit à plusieurs niveaux.

  • D’abord à hauteur du manager de projet, en maîtrisant les processus de gestion, de solution et de planification.
  • Puis, également, il couvre les besoins d’une organisation dans son ensemble, en quadrillant les mécanismes de la structure, la performance et les innovations.

C’est en cela que le CMMi est un modèle très efficace, où de véritables procédures de certifications englobent tous les aspects du travail. Donc, ce n’est plus l’individu qui est au centre de la démarche, mais l’entreprise.

 

L’ossature d’un modèle CMMi

La méthodologie s’articule autour d’une liste des bonnes pratiques que l’on regroupe ensemble dans ce que l’on appelle un Process Area. À l’intérieur même de ce Process, vous pouvez récapituler :

  • les objectifs à tenir
  • ce qu’il faut faire pour atteindre ces objectifs
  • les documents relatifs au livrable qui permettront les certifications

Ensuite, vous devez rassembler les Process en 4 grands axes :

  • la gestion de projet, ou quelles sont les activités récurrentes à la bonne gestion de la mission ?
  • le support, ou quelles activités vont venir renforcer la gestion du projet ?
  • l’ingénierie, ou qui va mettre en oeuvre et réaliser le projet ?
  • la gestion des Process, ou qui va favoriser la mise en oeuvre ?

 

Comment se déroulent les certifications CMMi ?

La méthodologie CMMi comporte 4 grands niveaux de certification et 5 grandes étapes de projet. Vous pouvez les visualiser comme les marches d’un escalier à gravir.

  • D’abord on peut distinguer un processus initial, qui ne sera pas certifié, car il représente le stade où le projet n’est pas maîtrisé et ne repose que sur des efforts individuels. Le projet peut aboutir, mais il faut surveiller de près les budgets et les plannings.
  • Ensuite, si un processus est planifié, il pourra obtenir une certification de niveau 1, indiquant qu’il est géré. C’est souvent le cas lorsqu’on met à profit l’expérience d’un projet précédent, pour en bâtir un nouveau.
  • Puis, la certification de niveau 2 intervient dans le cas de projets organisés, réactifs et maîtrisés.
  • De même, seront certifiés niveau 3, les projets totalement mesurés et contrôlés. À ce niveau, l’organisation commence à agir de manière collective et cohérente dans la réalisation de ses projets.
  • Enfin, pour avoir une certification de niveau 4, vous devrez vous assurer que votre projet inclut des éléments d’amélioration continue, en plus du reste. Les objectifs doivent être revus en permanence et le marché analysé sans cesse. Lors de cette phase, tout réside principalement dans l’anticipation et dans la gestion.

C’est donc un mécanisme long et ultra-précis de certification, que met en place une méthodologie CMMi. Mais il en est d’autant plus sérieux et sécurisant pour l’entreprise et pour le manager de projet.

 

Le CMMi en petites entreprises

Vous l’avez compris, comme le modèle CMMi est extrêmement accompli, il s’adresse souvent à de grands projets ou bien à de grandes entreprises. Il est également souvent utilisé dans le milieu de l’informatique d’où il est issu.

Cependant, il n’est pas impossible d’implanter un format CMMi dans une petite ou moyenne structure, au sein même de la gestion de projet. Par exemple, vous pouvez allier la méthodologie Agile à la méthodologie CMMi, afin de donner à vos équipes plus d’efficacité. Le CMMi étant, avant tout, un révérenciel d’évaluation, il se mixe très bien avec d’autres techniques.